Gaza-sur-Seine, l’article censuré

Share ! Partagez ! Compartir !

J’ai couvert la seconde Intifada en 2000, à Gaza. Mais ce genre de situation, même après les émeutes de 2005, je n’avais jamais vu ça en France. Des militants politiques peuvent à présent tout casser en impunité, insulter la France, la République, les institutions, le président, la presse, attaquer violemment les forces de l’ordre et repartir aussi tranquillement qu’ils sont venus. Voici un reportage qui a été passé sous silence par l’ensemble de la presse en France.

Paris, le 31 mai 2009. La « flottille de la paix » vient d’être arraisonnée par Israël. A l’appel de plusieurs collectifs, s’ensuit une manifestation anti-Israël à Paris, spontanée et non autorisé. Débordées, les forces de l’ordre font face à une « Intifada » très bien organisée. Les manifestants occupent les Champs-Elysées et tentent d’atteindre l’ambassade d’Israël.

Depuis les émeutes de 2005, la presse est clairement et délibérément visée. Nous avons été traités de collaborateurs sionistes. La presse française ? C’est dire à quel point les émeutiers sont mal renseignés.

Cette violence physique et verbale, au cœur même de notre république, participe d’un phénomène inquiétant, qu’il importe de montrer, afin qu’il puisse être reconnu et considéré.

 Au dernier jour de mai dernier, j’ai constaté – tout comme la police –  que les casseurs sont très bien organisés, et qu’ils restent toujours impunis.

 A entendre les cris de « on baise la France », « Juifs dans les fours », et encore « Sarkozy le petit Juif » et « Obama le nègre des Juifs », n’importe qui de sensé comprendrait que le dialogue est à ce jour clairement impossible. Encore faudrait-il que le public soit autorisé à entendre ces slogans !

Si j’étais provocateur, j’ajouterais : « Dans ces conditions, il faudrait être drogué pour espérer qu’ils jouent bien au football », mais l’heure n’est pas du tout à la plaisanterie.

« presse sioniste, presse collabo »

Le reportage photographique et vidéo auquel je vous convie, tourné au centre de Paris, a été simplement ignoré par les medias à qui nous l’avons proposé ; à la télévision française, ce sera le black-out to-tal.

On arrive à un temps où on va vous cataloguer politiquement – et vous stigmatiser – pour refuser de ne pas dissimuler les événements dont on a décidé, une fois pour toutes, qu’ils n’allaient pas exister. Ca n’est rien d’autre que l’omerta, à la dimension de l’information du XXIème siècle, d’une mafia politico-médiatique qui a peur.

 Peur qu’en attaquant la police à coups de pavés amenés intentionnellement sur la scène des violences, l’un des émeutiers soit tué par une riposte, et que cela allume une Intifada en France, qui pourrait durer des mois.

 C’est précisément pour cela que sur la fréquence de la police, un officier hurle « Laissez faire ! » à ses hommes courbés sous un déluge de pierres.

C’est pour cela que mes lecteurs seront pratiquement les seuls à connaître les faits d’une émeute qui n’a, médiatiquement, pas eu lieu.

Pour cela que les « jeunes » jouissent désormais d’une sorte d’immunité, qui leur permet de se livrer à tous les excès, et qui met, ici et maintenant, nos droits fondamentaux en péril.

Paris, le 31 mai 2009. La « flottille de la paix » vient d’être arraisonnée par Israël A l’initiative de plusieurs collectifs propalestiniens, une manifestation « spontanée » se tient non loin de l’ambassade d’Israël en France.

Les policiers commencent à être débordés par une vague en furie. Clairement, les jeunes issus de l’immigration, de toutes les origines (turcs, algériens, tunisiens), n’ont qu’une idée en tête, soufflée par les organisateurs au micro : atteindre l’ambassade d’Israël.

Ils forcent le passage ; premiers gaz lacrymogènes. Très vite les CRS sont dépassés, plusieurs policiers des quartiers proches sont appelés en renfort. L’avenue Matignon est à présent un champ de bataille.

 

Avenue Gabriel, non loin du restaurant « Le Berkeley » : la rapidité de déplacement et l’organisation des casseurs surprennent la police.

Alors que l’avenue est en bitume, éclate une véritable Intifada (guerre des pierres), apportées par les casseurs lors de leur descente sur Paris.

C’est au moment où les jeunes-désœuvrés-casseurs (choisir ici le terme correspondant) veulent rejoindre la rue Rabelais en passant par la rue Jean Mermoz, que ces derniers sont stoppés par les gendarmes mobiles. La presse est aussi visée, insultée et menacée aux cris de « presse sioniste, presse collabo ».

La furie grossit à vue d’œil, des jeunes filles se joignent aux casseurs, les combats sont d’une rare violence.

Un photographe de presse français qui a l’habitude des situations de guérilla, affirme à ses confrères : « J’ai jamais vu ça ! Finalement, pas besoin d’aller là-bas, l’Intifada à Paris c’est terrible ! ».

Plusieurs policiers en civil sont pris à parti, certains déclarent qu’ils n’ont rien pu faire, seulement « sauver leur peau ».

Reculade des casseurs vers le rond-point des Champs-Elysées, après quarante minutes d’extrême violence, qui ont vu vitrines brisées, scooters renversés, poubelles arrachées et provocations en tous genres.

L’avenue Matignon est un champ de bataille. Aux casseurs d’origine arabo-musulmane se sont joints des jeunes de l’ultragauche, les « black-blocks », qui veulent en découdre à tout prix avec les forces de l’ordre.

Alors que plusieurs journalistes se trouvent du côté des casseurs, ils sont tous repoussés vers les CRS qui bloquent la rue Mermoz. Une pluie de pierres s’abat sur tout ce qui se trouve dans les environs.

Les CRS tentent une avancée, mais, très vite, ils reculent face à la taille des pierres et l’extrême dangerosité de la situation. Les tirs sont précis, il faut clairement slalomer entre les cailloux et garder toujours un œil vers le ciel.

 

C’est le chaos total sur le rond-point des Champs-Elysées ; plus aucun véhicule ne circule, les passants sont éloignés par les rares policiers en civil ; des pilleurs sévissent, plusieurs d’entre eux seront arrêtés.

Les casseurs commencent à démonter des grilles et de plus en plus de projectiles circulent de main en main vers les meilleurs lanceurs. Voilà plus de deux heures que la bataille rangée dure.

Dans la radio des CRS un message crépite clairement : « il faut laisser faire ».

Les gaz lacrymogènes et la fatigue font leur effet : peu à peu les casseurs se dispersent. Plusieurs jeunes déploient alors leurs drapeaux et des messages en arabe sur l’avenue Matignon.

Ils s’avancent vers la presse pour vociférer leur message de haine raciste et antirépublicaine. Les deniers casseurs sont simplement raccompagnés par la police vers les stations de métro.

Ainsi va la vie à Gaza sur Seine !

(Visited 316 times, 1 visits today)

Comments are closed.